pistol Le 9 novembre 2013, dans le cadre d’un hommage au réalisateur Georges Lautner qui s’est déroulé à Nantes du 6 au 9 novembre et de la commémoration soutenue par Ministère de la Culture des 50 ans du film « Les Tontons flingueurs »  le collectif « Lulu La Nantaise » composé d’un écrivain et d’un groupe de jazz fameux à procédé à Nantes au baptême symbolique d’une « rue des Tontons flingueurs ».

Cette action saluée par un public nourri a été accompagnée d’une réception officielle à la mairie par M. Rimbert, Maire de Nantes.

reportage AFP

Télénantes

par Ouest-France.fr Lulu la Nantaise, une célébrité de fiction


L’AFFAIRE DE LA PLAQUE EN HOMMAGE A LULU LA NANTAISE

 


annonciateur-01

http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Ils-veulent-poser-une-plaque-de-rue-en-hommage-a-Lulu-la-Nantaise-_40771-2125607-pere-redac–44003-abd_filDMA.Htm

 

annonciateur- 02

 

Discours Francis Mizio

Je serai bref, évidemment.

Mesdames, mesdemoiselles et messieurs des médias,

Chers habitantes et habitants de Nantes,

Chers amis cinéphiles,
Chers amis de la musique et surtout de la musique de films

Chers amis de la musique et surtout de la musique de films

Mes chers amis du groupe de jazz Lulu
La Nantaise
spécialisé en bande originales de film qui lancent

leur nouvel album au Pannonica le 6 novembre,

Al Padchenou saxophone, Il Kip Pedduzzi, guitare, Luigi Stomaforo, contrebasse, Jo Rana, batterie.

En ce 23 octobre 2012, c’est avec une profonde émotion que nous
allons découvrir devant vous une plaque en la mémoire de mademoiselle
Ludovine Lucas, dite Lulu La Nantaise sur le lieu même, que dis-je,
l’étroit périmètre, où durant 19 années,
elle officia sur ce quai de la fosse, que l’on appelait alors « le quai de la fesse ».
Ludovine Lucas, dont le surnom de Lulu La Nantaise est présent dans toutes les
têtes de ce pays et repris à tous propos depuis la scène
culte dite « de la cuisine » du film, a longtemps été considérée
comme un personnage littéraire né des dialogues de monsieur
Michel Audiard.

Or, une enquête précise et rigoureuse nous a permis de reconstituer
sa vie parfois pathétique, parfois joyeuse ainsi qu’on peut le
lire dans le livret qui accompagne le nouvel album de nos amis ici présent.
Ce travail de recherche historique nous a permis d’en savoir plus. Née
à Trentemoult le même jour que dont elle sera très éprise, le 23 septembre 1912,
d’un père pécheur de civelle et d’une mère
polonaise qui buvait au petit déjeuner, Ludovine Lucas ainsi que le
rapporta dans ses dialogues monsieur Audiard, tint de 1948 à 1963 un
lieu de divertissement, plutôt pour hommes, à la base militaire
de Bien Hoà, près de Saïgon. Mais c’est à
Nantes ici même sur ce bout de trottoir qu’auparavant elle œuvra,
de 1928 (date, au passage, de la mort de Salomon Kétorza, créateur
du cinéma nantais Katorza) à 1947, et même durant les
bombardements, égayant sa triste vie d’alors au cinéma
en y épanchant sa passion pour les films d’amour, ou en lisant
les revues Cinémonde et Cinévie. Mais vous en saurez plus en
lisant la novella accompagnant le nouvel album du groupe qui sort le 6 novembre
au Pannonica.
En son souvenir nous allons découvrir cette plaque et marquer ses traces,
car un vrai devoir de mémoire nous anime.

Oui, nous sommes tous des enfants de Lulu La Nantaise ! La ville de Nantes
elle-même voit son image valorisée à travers le pays,
sinon autour du monde, grâce à Ludovine. Nombre de gens, d’établissements
divers et variés portent son nom, mais aussi ce groupe de jazz ici
présent qui lance son nouvel album au Pannonica le 6 novembre.
Ludovine Lucas, Lulu la Nantaise, est en effet si représentatrice de la Ville
de Nantes que celle-ci peut s’en enorgueillir. La figure de Ludovine
colle plus que jamais à la ville : Ludovine, dynamique eut l’esprit
de petite entreprise, avant délocaliser ses activités sur des
marchés émergents. On disait Ludovine tonique dans ses activités.
Nantes n’est-elle pas elle aussi comme on le disait de Ludovine, parfois
très entreprenante ? Ludovine, éprise d’art, et surtout
de cinéma et de musiques de films, toujours accueillante pour le chaland
de passage, n’annonçait-elle pas Nantes, ville d’art, de
culture qui ouvre ses bras au tourisme international ? On le voit :
plus que jamais il convient de saluer la mémoire de mademoiselle Ludovine
Lucas. Et sans cette initiative commémorative du groupe de jazz ici
présent qui sort son album au le 6 novembre, sans le souvenir de Lulu la Nantaise, de Lulu de Nantes, de
notre Lulu, l’image même de Nantes serait restée bien incomplète.

Mais surtout : 100 ans et 1 mois jour pour jour après la naissance
de la petite Ludovine, ainsi qu’une ancienne loi non abrogée
du code Napoléon, dite le Personnae Recuperatur, nous l’autorise,
par cette plaque aussi symbolique qu’affective, nous rendons définitivement
réalité au personnage et nous nous faisons seuls détenteur
de son nom et de sa mémoire. Oui, nous serons désormais les
garants du nom de Lulu La Nantaise !
O Ludovine revenue !, toi qui repose au cimetière de la Miséricorde
près de tes clients bourgeois nantais fortunés qui bien souvent
vinrent solliciter tes services, si tu nous entends, sache que nous aurions
tant aimé que tu sois présente au Pannonica le 6 novembre pour
la sortie du nouvel album. Sache, Lulu, ô toi, notre Lulu, que tes mémoires
tant humaine, littéraire, cinéphilique ou musicale seront désormais
portées par nous à la hauteur de là personne méritante
à l’ouvrage que tu fus !
Messieurs,je vais procéder à la découverte de la plaque et mes
amis vont déposer leurs gerbes.

Ensuite je demanderai à tous d’observer une minute de silence,
tandis que sera diffusé un extrait de du nouvel album qui sera lancé
au Pannonica le 6 novembre ; cinq euros seulement l’entrée
pour un concert spectacle épatant.

Un verre de muscadet et d’émotion vous sera servi ensuite dans un gobelet en plastique
comme mademoiselle Ludovine Lucas aimait tant elle-même le boire, afin
que nous trinquions à sa pérennité.

Je vous remercie.

(Vous pouvez applaudir sous la menace d’Al Padchénou).


 

rue_des_tontons_flingueurs

 

pistol C’est à votre tour d’inaugurer parodiquement votre « Rue des Tontons Flingueurs 1963″ .

BFM TV